Le chant monastique, ou chant grégorien, est un véritable trésor de la musique universelle. En quoi consiste-t-il, quelle est son histoire?

Une origine confuse


Les historiens nous donnent deux versions de ses origines. Tout d'abord, le pape Saint Grégoire le Grand qui exerça son pontificat de 590 à 604 pourrait en être le point de départ, d'où le nom de chant grégorien. Autre possibilité, le chant monastique serait un mélange d'un chant ancien romain et d'un chant gallican, c'est-à-dire de la Gaule, provenant du nord-est de la France d'aujourd'hui. Les origines de sa naissance ne sont donc pas certains. Quoi qu'il en soit, ce chant chrétien reste propre à la liturgie catholique romaine.

Un chant chrétien monodique


Les chanteurs émettent la même mélodie et ne se servent que de la gamme naturelle. Aucun bémol ou dièse ne vient troubler le doux chant monastique, à par le si bémol. Ce chant est très simple et donne une sonorité originale. Pour nos oreilles modernes, les sons semblent venir totalement d'ailleurs. Toutefois, tous les chants antiques se définissent par ces particularités. La prière de l'Eglise s'accompagne agréablement de ces chants qui contribuent au recueillement et à la spiritualité.

Une appellation contrôlée


Actuellement, les chants monastiques sont un peu comme une appellation d'origine contrôlée. En effet, chantés en latin en l'honneur de Dieu, ils possèdent un large répertoire de chants liturgiques dans un ensemble cohérent caractéristique de la liturgie latine depuis le 6e siècle jusqu'à présent. Même si ce n'est pas sur que Saint Grégoire en soit l'initiateur, il est certain qu'il a marqué les chants monastiques d'une manière décisive au point que le qualificatif de grégorien met à l'honneur ce pape qui a joué un rôle prépondérant dans la mise en forme de la prière musicale officielle de l'Église chrétienne.

Une nouvelle réforme du répertoire chrétien


Jusqu'à présent, les chants monastiques constituaient l'unique répertoire des monastères. Le concile Vatican II a réformé ce système. Dorénavant, les communautés religieuses pourront chanter dans la langue de leur pays. Ainsi, il est désormais possible de trouver des chants grégoriens en français depuis le milieu du 20e siècle. Les paroisses reprennent les chants enregistrés dans les monastères et tous les chrétiens peuvent prier l'office dans leur langue. En latin ou dans toutes les langues, le chant grégorien demeure et continue de se développer dans les paroisses du monde entier. Ce chant spirituel reste accessible à tous les croyants et apporte son lot d'émotion. Kyriale, Alleluia, Credo permet de se rapprocher de Dieu et le chant en latin a encore un bel avenir devant lui.


No products

To be determined Shipping
0,00 € Total

Check out